Archives

Coupures surréalistes
par Jérôme Duwa

Donner à voir l’archive dans ce qu’elle a de plus surprenant, de plus révélateur et de plus émouvant, tel est l’objectif de la collection d’archives visuelles que propose l’IMEC sur son site internet. La première galerie en ligne était consacrée à la Grande Guerre. Les surréalistes sont désormais à l’honneur grâce à Jérôme Duwa et Coupures surréalistes qui fait revivre en archives et dans un parcours dynamique l’histoire de ce mouvement incontournable de la pensée et de l’art au XXe siècle.

Jérôme Duwa est docteur en histoire de l’art. Il a notamment publié Les Batailles de Jean Schuster : défense et illustration du surréalisme (1947-1969), éditions L’Harmatan, 2015 ; 1968. Année surréaliste. Cuba, Prague, Paris, (IMEC éditions, 2008).

Le 26 mai 1946, André Breton est de retour à Paris après presque cinq années d’exil à New York. Quel avenir pour le surréalisme ? La question se pose en France dans un paysage intellectuel qui lui est particulièrement hostile, marqué par l’émergence de l’existentialisme et l’hégémonie culturelle du Parti communiste.

Jusqu’au seuil des années 1970, André Breton (1896-1966) et ses amis vont opter pour une coupure sur plusieurs plans : coupure avec les injonctions politiques les plus communément adoptées par les intellectuels de gauche au nom de fins soi-disant supérieures autorisant toutes les infamies ; coupure avec les critères ordinaires de la moralité en prenant le parti de l’imagination puisant ses forces dans l’humour, l’omnipotence des passions ou encore les cultures extra-occidentales ; coupure avec le « bon goût » esthétique empêtré dans les conflits stériles de la figuration et de l’abstraction, du réalisme et du fantastique, comme dans l’impasse de l’engagement. Coupure c’est également la revue (1969-1972), dirigée par Gérard Legrand, José Pierre et Jean Schuster, qui incarnera en sept numéros les acquis théoriques et poétiques propres au surréalisme.

Les documents qui animent cette galerie numérique sont extraits des fonds d’archives de l’IMEC : Philippe Audoin, Jean-Louis Bédouin, Centre culturel de Cerisy-la-Salle, Claude Courtot, Pierre Faucheux, Gisèle Freund, Maurice Henry, Alain Jouffroy, Gérard Legrand, Éric Losfeld, André Pieyre de Mandiargues, José Pierre et Jean Schuster. Rarement exposées auparavant, ces pièces d’archives contournent les cadres chronologiques habituels et les lieux communs d’un mouvement trop souvent réduit à son apport étroitement artistique. Se plaçant passionnément sous le « signe ascendant », elles ébauchent une autre histoire d’un mouvement internationalement connu.



La galerie numérique de l’IMEC a été répertoriée sur le site « Littératures modes d’emploi » initié par Selina Follonier de l’université de Lausanne. Ce site propose une visite des expositions francophones en ligne. imec-archives.com/litteraturesmodesdemploi.org