L’abbaye d’Ardenne

Historique

Dès 1945, une procédure de classement est engagée, afin de permettre aux différents propriétaires de restaurer tout le bâti grâce aux dommages de guerre. En 1947, les bâtiments qui n’avaient pas été classés Monuments historiques en 1918 le deviennent. Les premiers travaux d’urgence sont lancés. Dans la nuit du 22 au 23 mai 1947, alors que les échafaudages sont déjà en place, l’angle sud-ouest de l’abbatiale s’effondre, conséquence de l’ébranlement dû aux bombardements. Les deux premières travées sont entraînées dans la chute.

Réaffecter à l’abbaye une activité conforme à son statut patrimonial a été l’une des questions au centre des travaux de restauration, jusque dans les années 1990. À partir des années 1970, les idées et les projets se multiplient : centre de loisirs, école d’architecture, mairie, église paroissiale, crématorium, hôtel… Aucun de ces projets n’aboutit.

Au début des années 1990, la Région Basse-Normandie achète l’ensemble de l’abbaye et monte un projet d’échange culturel franco-américain. En 1994, une première tranche de restauration et d’aménagement du farinier, des écuries, de la porte de Bayeux et du corps de logis est lancée. Le Normandy Scholars Program tourne court, et la Région propose en 1995 à l’IMEC une installation complète de ses collections et de ses activités sur l’ensemble du site.

1949, projet de mise en valeur des vestiges anciens par un aménagement végétal, Marcel Poutaraud, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

1949, projet de mise en valeur des vestiges anciens par un aménagement végétal, Marcel Poutaraud,
Médiathèque de l’architecture et du patrimoine