Les Collections

Fonds

Fraisse, Simone(1913-2004)

Identification

Cote : FRA
Niveau de description : Fonds
Importance matérielle : 40 boîtes d’archives ; 109 imprimés
Bibliothèque : Bibliothèque d’étude

Contexte

Producteur : Simone Fraisse
Notice historique/biographique : Née le 3 mai 1913, fille d’un professeur de latin, grec et français, Simone Fraisse obtint l’agrégation de lettres classiques en 1935 – alors réservée aux hommes – ce qui fit d’elle une pionnière, tout comme sa sœur, Colette Boëly, le fut dans le domaine de la Médecine. Elle enseigna d’abord à Lyon, puis à Paris (aux lycées Racine et Fénelon) ; nommée maître-assistante à la Sorbonne en 1963, elle devint, onze ans plus tard, professeure à Paris-III (Sorbonne), puis directrice de l’UER de littérature française. En 1972, Simone Fraisse soutint sa thèse sur Péguy et le monde antique, qui sera publiée chez Armand Colin. Au-delà du travail d’érudition, le livre de Simone Fraisse, comme le remarqua Jean Onimus dans Le Monde, est un véritable hommage à la culture et à l’enseignement des humanités classiques, qui contribuèrent à mener le directeur des Cahiers de la Quinzaine, jusqu’au christianisme. Mais Simone Fraisse ne se contenta pas de ce travail. Elle eut une intense activité au sein de ‘l’Amitié Charles Péguy’, dans le bulletin de laquelle parurent nombre de ses articles. On lui doit également un Péguy dans la collection ‘Les Ecrivains de toujours’ au Seuil. Elle œuvra également dans d’autres directions : Renan (Renan au pied de l’acropole, 1979), Simone Weil (elle participa à l’édition des Œuvres complètes de la philosophe chez Gallimard (tome III : Ecrits historiques et politiques). Épouse de Paul Fraisse (1911-1996), professeure de psychologie expérimentale et théoricienne de la psychologie du temps, mère de l’historienne et philosophe Geneviève Fraisse, Simone Fraisse était proche de la revue Esprit à la fondation de laquelle elle participa, et à laquelle elle contribua régulièrement. Avec son époux, elle fonda, aux côtés d’Emmanuel Mounier, Baboulène, Paul Ricoeur, Jean-Marie Domenach la communauté personnaliste des Murs Blancs à (Chatenay-Malabry) au lendemain de la guerre. Simone Fraisse est morte le 24 avril 2004.
Modalité d’entrée : Fonds déposé par l’ayant droit en 2005.

Contenu

Analyse : Les archives reflètent la carrière de Simone Fraisse. On y retrouve son oeuvre depuis ses notes de travail jusqu’à la publication de ses ouvrage avec bien sûr, les manuscrits, les dossiers de presse, de la correspondance et des archives iconographiques. Sa bibliothèque de travail est également conservée.
Accroissements : Fonds clos.

Conditions d’accès et d’utilisation

Conditions d’accès : Communicable après accord IMEC
Langue : Français
Instrument de recherche : Répertoire

Sources complémentaires

 

Notes

Date de description : 2009-05-18
Date de révision : 2017-03-23
Catégorie : Auteurs
Thèmes : Histoire ; Littérature ; Philosophie