Les Collections

Fonds

Blaine, Julien (né en 1942)

Identification

Cote : BLA
Dates extrêmes : 1951-
Niveau de description : Fonds
Importance matérielle : 430 boîtes d’archives ; 2630 imprimés

Contexte

Producteur : Julien Blaine
Notice historique/biographique : De son patronyme Christian Poitevin, Julien Blaine est aussi connu sous les pseudonymes de Turoldus 2 né en 1967, Géranonymo né en 1970, Jules Van (l’artiste du boycott, du sabotage et du vol – Vrai Art Nouveau) né en 1970, Tahar Ben Kempta (traducteur de poëmes persans) né en 1971, Louis Desravines (auteur d’histoires fantastiques) né en 1972, John Jonathan Handgee (auteur de roman policier) né en 1972, Alias Viart (metteur en exergue de fragments de vie) né en 1978, Constance Aquaviva (préfacière d’anthologie de poétesses) née en 1990, Ludmila Marzan (traductrice de poëmes russes), née en 2000, Étienne Bienarmé (lecteur digital du pouce), né en 2001, Illi (chaman aurignacien – adulte – du xxie) né en 2002, Fedor Ziamsky – dessinateur russe – (1903-1921) né en 2002, Jlô Pazasé de Manapany (zoreil en résidence à La Réunion) né en 2003, Zorro Zéro de Marseille (démissionnaire de la politique) né en 2006, Vol’, (chaman aurignacien – vieillard – du XXe) né en 2007, Albert de l’Albret – jeune écrivain – né fin 2007, Julien Brand ou Balaine (attribué par une coquille typographique d’un traducteur du chinois) – né fin 2007.

Julien Blaine, s’impose, dès la fin des années 1950, comme l’un des poètes les plus prolifiques de sa génération. Il fonde L’Éventail, son premier groupe de recherche poétique, en 1959. Il traverse ensuite la seconde moitié du XXème siècle, toujours aux avant-postes de la poésie expérimentale (poésie concrète, spatialiste, séméiotique, visuelle, sonore, etc.) en renouvelant le programme des avant-gardes historiques telles Dada ou CoBrA…. Irréductible à un groupe, soumis à aucune école, ou si peu, on le retrouve plutôt à l’origine de courants poétiques marquants (poésie visuelle, élémentaire, mail art…). Il renverse alors les canons stylistiques de la poésie (poésie d’abord visuelle, puis élémentaire) dont il défie les procédés scripturaux (inventions typographiques, poésie hors le livre, etc.) et déplace les frontières formelles (poésie action, performance et plus récemment déclar’action et ihali). Sa bibliographie abondante, quelques quarante ouvrages, sept volumes d’annales au sujet de l’écriture originelle, une centaine de livres d’artistes, constitue en elle-même un dépassement du livre comme  » résidu  » et marchandise (Essai sur la sculpturale, 1967, Processus de déculturatisation, 1972, Reprenons la ponctuation à zéro, 1980, 13427 poëmes métaphysiques, 1986, Bimot, 1990, Poëmes Vulgos, 2007, Carnets de Voyage Tome VII, 2012). Il s’inscrit aussi bien dans une critique esthétique et politique du signe (Manifeste de Mai sous forme d’idéogrammes, 1968, Ch’i, 1982, Je ne suis pas américain, 2001, Cuba – Cola, 2006, Mais 2009, 2009), et une expérimentation des écritures originelles (les cahiers de la 5e feuille, 2001-2008). Quant à ses innombrables actions poétiques, elles s’inaugurent avec Éléphant Reps 306 (1962) et s’achèvent en 2004 (bye bye la perf.), du moins sous la forme de performances, pour se métamorphoser en déclar’actions et autres Installation Humaine Anonyme Laissée Là par Inadvertance. Il se trouve être simultanément, dès les années 1960, au centre d’une activité éditoriale internationale – il fonde Les Nouvelles Éditions Polaires – qui servent tout à la fois de pivot et de pilier, de laboratoire et de surface d’essai, de chambre d’écho pour toutes les revendications culturelles et artistiques mineures : poétiques, bien sûr, mais également militantes, ouvrières, populaires… de résistance. Le poète édite des revues (Les Carnets de l’Octéor, Approches, Robho, Doc(k)s, Invece… entre autres), de la free press (Géranonymo, Pirates, Vivlalib…) des ouvrages (une quarantaine), des catalogues (on en découvre encore…), des disques et cassettes, des CD et DVD, dirige des collections (une dizaine) pour son compte, celui d’autres éditeurs et au bénéfice de nombre de ses pairs. Au tournant des années 1970, le poète participe des dynamiques les plus libertaires : au sein de groupuscules qui se situent volontiers à la croisée d’idéaux révolutionnaires (Comité Révolutionnaire d’Action Par Un Langage) et d’avant-gardes (Plateforme des Éveilleurs de jour et de nuit de la poésie « : »). Son parcours de poète et d’éditeur se mêle, encore, à une activité ininterrompue de promotion culturelle de la poésie. Il fonde et organise des rencontres de poésie (Avignon, 1977-1979 ; Tarascon, 1988-1993), des festivals de poésie (Cogolin, 1984-1986 ; Voix de la Méditerranée qu’il co-organise de 1997 à 2011), des échanges internationaux (Allauch, 1987), un centre d’art (Ventabren Art Contemporain, 1997-2005) et le Centre International de Poésie Marseille (1989-1995) à l’occasion desquels il expose, déclame, performe… mais surtout architecture, supporte, escorte le développement d’une scène poétique internationale d’avant-garde. Julien Blaine, enfin, en marge de son activité poétique et de sa carrière d’homme de presse et de média, a été Adjoint à la Culture de la Ville de Marseille de 1989 à 1995. Mandat durant lequel il fonde, entre autres, le Musée des Arts Africains Océaniens et Amérindiens (M.A.A.O.A) de Marseille, le Musée des Arts contemporains de Marseille (M.A.C.), le Système Friche Théâtre de la Belle-de-Mai à Marseille, le Festival International du (F.I.D.) de Marseille… Il est aujourd’hui encore l’auteur de nombreux ouvrages, d’expositions et autres interventions poétiques. Auteur prolixe d’une œuvre poétique, Julien Blaine est à l’initiative d’un travail incessant d’édition et tout à la fois un promoteur culturel aguerri de la poésie d’avant-garde.
Modalité d’entrée : Fonds déposé par l’auteur en 2011.

Contenu

Analyse :  La particularité du fonds Julien Blaine réside dans le fait qu’il n’est pas constitué de sa seule production poétique, mais qu’il s’impose bien plus largement comme un fonds de poésie d’avant-garde d’une valeur inestimable. Outre les propres écrits de Julien Blaine, sous forme de manuscrits, carnets, notes de travail, le fonds comprend des dossiers de travail relevant de son activité éditoriale ou de revuiste : œuvres des auteurs publiés, maquettes des revues ou des ouvrages, dossiers préparatoires et administratifs, correspondance. Fait remarquable, les envois de poèmes, de textes et de lettres d’auteurs du monde entier ont été conservés par Julien Blaine, révélant ainsi la vivacité de la création poétique dans sa dimension temporelle et géographique. Sont également conservés les dossiers de travail concernant les nombreux festivals et événements de promotion culturelle organisés par Julien Blaine : notes de travail, correspondance, dossiers de gestion et programmes. Enfin, une collection de revues, parfois devenues rares, et d’ouvrages produits ou promus par Julien Blaine constitue la bibliothèque d’étude.
Accroissements : Fonds non clos.

Conditions d’accès et d’utilisation

Conditions d’accès : Communicable après accord IMEC
Note sur la communicabilité : En cours de traitement
Langue : Français

Sources complémentaires

Sources extérieures : Les archives audiovisuelles du poète et artiste sont conservées au Frac de Franche-Comté.

Notes

Date de description : 2014-11-14
Catégorie : Auteurs
Thèmes : Poésie