L'Institut

Communiqués

L’Ineffacé, une exposition, un lieu, un livre

Jean-Christophe Bailly traverse la collection de l’IMEC. L’Ineffacé, exposition inaugurale du nouvel espace de l’abbaye d’Ardenne, propose un parcours original de Jean-Christophe Bailly à travers la collection exceptionnelle réunie par l’IMEC.

L’exposition

En compagnie d’Artaud ou de Derrida, de Duras, de Satie, de Barthes, de Celan et d’une cinquantaine d’autres écrivains, artistes et penseurs dont l’IMEC abrite les archives, l’écrivain, poète, philosophe, édi- teur et dramaturge, Jean-Christophe Bailly, s’est promené dans la collection pour construire, autour de plus de 200 documents, une grande poétique de l’archive faite d’histoires, de savoirs et d’émotions.

« On pourrait envisager l’écriture comme une danse, comme le pas de deux d’un sujet avec la vérité qu’il côtoie mais qui le fuit », note Jean-Christophe Bailly dans le catalogue de l’exposition. « Tous ces carnets et feuilles volantes sur lesquels ces phrases sont venues s’inscrire, tous ces matériaux préparatoires et toute cette archive, il est impossible de se les représenter comme une masse (…)»,« Leur rumeur n’est pas celle d’un empilement inerte, mais celle d’une volière traversée en tous sens. »

Pourquoi demander à un écrivain de traverser ces millions de feuillets raturés, des objets, des sons et des images ? Parce que la collection de l’IMEC n’a de sens qu’à la condition d’être ouverte, lue, interprétée – c’est bien le sens du mot « contemporain » inscrit dans son nom. Nulle idée de trésor ici, ou de pièces magistrales qu’on exhiberait : l’Ineffacé, c’est la confiance faite dans ce qu’il y a de plus menu, de plus discret et pourtant de plus entêté : une idée a surgi, elle s’est inscrite dans l’écriture ; elle signe une intention créatrice et la force d’une œuvre.

L’Ineffacé est aussi une réponse à ceux qui pensent que les archives n’ont pas leur place dans les salles d’exposition. Est-il donc si fou de vouloir protéger et partager le plus fragile de l’écriture, comme on le ferait d’une flamme, lorsque l’obscurité gagne ?

Le lieu

C’est un lieu rare en France. Et c’est une collection unique. L’Institut Mémoires de l’édition contemporaine préserve et met en valeur un ensemble exceptionnel de plus de six cents fonds qui témoignent de l’histoire de la pensée et de la création  contemporaines.Depuis sa fondation, l’IMEC contribue au rayonnement de la recherche sur la vie littéraire, édito- riale, artistique et intellectuelle, sur ses créateurs et ses médiateurs, ses réseaux et ses institutions, son économie et ses productions.

Fondé à Paris en 1988, l’IMEC est installé depuis 2004 dans un monument historique, l’abbaye d’Ardenne, située aux abords de Caen. Chargée d’histoire et longuement restaurée par l’agence Opus 5 qui a réhabilité l’abbatiale et transformé un édifice à l’abandon en une bibliothèque d’une rare beauté, l’abbaye d’Ardenne est considérée comme l’une des plus belles abbayes aux champs de Normandie. Ce lieu remarquable conjugue une grande collection patrimoniale, une bibliothèque de recherche, une scène littéraire très active, et un lieu de résidences de recherche et d’écriture ouvert toute l’année.

Aujourd’hui, l’abbaye ouvre un nouvel espace dédié aux expositions qui permettra une mise en valeur remarquable de la collection de l’IMEC. L’Ineffacé s’expose dans une grande nef en bois tout récemment réhabilitée. Un bel espace qui contribue au rayonnement d’un site remarquable.

Le livre

L’Ineffacé. Brouillons, fragments, éclats présente l’essentiel de l’exposition en 120 pièces extraites des collections de l’IMEC, inédites et commentées, et propose une très belle méditation de Jean-Christophe Bailly sur l’invention, le savoir, et l’archive.

IMEC – Le lieu de l’archive
160 pages, format : 195 x 260 mm, broché à rabats 120 illustrations en couleurs


Commissaire de l’exposition
Jean-Christophe Bailly

Contacts presse
Presse nationale et internationale
Alina Gurdiel
+33 (0)6 60 41 80 08
alinagurdiel@gmail.com
Presse régionale
Elvire Lilienfeld
+33 (0)2 31 29 52 47
elvire.lilienfeld@imec-archives.com

Télécharger le communiqué de presse

La Valorisation

Les commentaire sont fermés.

Jacques Audiberti. Chutes de papier peint ayant servi de support à la rédaction de Monorail, 1945. 29,8 x 23,2 cm. Fonds Jacques Audiberti/IMEC.

Jacques Audiberti. Chutes de papier peint ayant servi de support à la rédaction de Monorail, 1945. 29,8 x 23,2 cm. Fonds Jacques Audiberti/IMEC.